Opération Gemini Index du Forum

Opération Gemini
Forum dédié à l'organisation de l'Opération Gemini de l'association Tetras Airsoft.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Scénario

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Opération Gemini Index du Forum -> opération gemini -> opération gemini
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2011
Messages: 523

MessagePosté le: Sam 5 Mar - 19:10 (2011)    Sujet du message: Scénario Répondre en citant

L' Albejistan, minuscule débris de l'ex-empire des Tsars rouges.
Enclavé dans le caucase, ce pays de moins de 10 millions d'âmes à, depuis la chute de l'union soviétique, été dirigé avec une fermeté extrême par le président Vostroya, un ancien aparatchik communiste rapidement convertis à l'économie de marché, surtout pour son intérêt personnel.


L'une des particularités de l'Albejistan consiste en ses immenses réserves gazières.
Largement sous-exploitées pour satisfaire aux exigences de Moscou qui voit en ce pays l'assurance de son indépendance énergétique lors des crises futures, les ressources gazières de l'Albejistan constituent une mânes pour le régime qui, grâce aux revenus versés par les consortiums russes, peut entretenir une police et une armée d'une puissance disproportionnée.


Mais l'avidité est un vice universel, et les généraux de l'armée républicaine d'Albejistan voient dans l'usure du pouvoir une chance inespérée de faire fructifier leurs fortunes.
A l'occasion d'une vague de mécontentement populaire, l'armée rompt son serment d'allègence au régime et destitue le président Vostroya.
Un cartel de généraux met en place un gouvernement de « salut national » et s'empresse d'ouvrir le marché de l'exploitation gazière aux compagnies occidentales.


Les autorités Moscovites sont furieuses et lancent immédiatement une campagne médiatique visant à discréditer ces généraux trop soucieux de passer pour « des champions du peuple ».
Rapidement, des équipes d'ingénieurs occidentaux sont dépêchées sur place pour procéder aux sondages des gisements et des contrats d'exploitation mirifiques sont signés dans la foulée.


Des mois plus tard, la population ne note aucune amélioration de son niveau de vie, contrairement à celui de leurs « champions du peuple ». La grogne populaire est savamment favorisée par Moscou qui finance grassement les partis d'opposition.
Face à l'agitation croissante et pour protéger leurs intérêts, les compagnies occidentales font un appel massif aux services de groupes de sécurité privés.


Les semaines passes et, comme il était prévisible, la situation s'envenime considérablement, jusqu'à ce qu'une malencontreuse « bavure » à mettre à l'actif de membres d'un société de sécurité ne déchaîne les foudres des opposants, qui dénoncent la brutalité des « auxiliaires étrangers de la junte militaire ».
Moscou se fait l'écho de ces protestations et réclame, à la tribune des nations unies, une enquête sur la situation en Albejistan et un moratoire sur toute nouvelle exploitation en attente des conclusions de l'enquête.


Nul n'est dupe de la manœuvre, mais le conseil de sécurité ne peut faire autrement que d'envoyer une force d'interposition constituée de casques bleus pour que les enquêteurs puissent faire leur travail.
La junte militaire de l' Albejistan émet de vigoureuses réclamations quant à cette ingérence dans ses affaires intérieures, surtout effrayée par l'ascendant pris par la Russie dans cette affaire.


Les choses semblent se calmer un temps et les conclusions de la commission d'enquête se dirigent vers l'hypothèse de l'incident stupide.
C'est alors qu'un groupuscule d'opposants radicaux procède à l'enlèvement et à l'exécution de quatre membres d'une société de sécurité afin, selon leurs revendications, de « rendre justice au peuple bafoué par les laquais étrangers de la junte ».
Aussitôt, les incidents se multiplient et l'armée Albeljistanaise, qui n'attendait que ce prétexte, lance une vaste opération contre les groupes séditieux, provoquant des pertes sensibles aux populations civiles sympathisantes.


Devant le danger imminent de guerre civile, les gouvernements occidentaux décident l'envoi sur place des forces armée pour soutenir la mission de l'ONU, protéger leurs ressortissants et organiser une éventuelle évacuation.
Voyant que la situation échappe à leur contrôle, les Russes avertissent les occidentaux qu'une intervention de leur part constituerait une violation de la souveraineté d'un état situé dans leur sphère d'influence, ce dont il ne saurait être question.
Pris entre deux feu, incapable de faire face seuls, les généraux Albejistanais sont contraints de faire appel officiellement à l'aide militaire Russe, ignorant le double jeu habile du Kremlin.


Moscou mobilise ses forces alors même que les premiers contingents de l'OTAN débarquent en Albejistan.


En quelques mois à peine s'est dessinée une crise majeure.
Le moindre incident pourrait mettre le feu aux poudres et la question n'est pas de savoir si le pire peut arriver, mais dans combien de temps il se produira.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Mar - 19:10 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Opération Gemini Index du Forum -> opération gemini -> opération gemini Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com